La Capoeira, danse et art martial du Brésil

{lang: 'fr'}

La capoeira (prononciation portugaise: [kapuejɾɐ]) est une forme d’art afro-brésilien qui combine des éléments d’arts martiaux, de musique et de danse. Elle a été créé au Brésil par les esclaves venus d’Afrique au XVIème siècle. Elle a été développé dans la région de Palmares Quilombo dos, situé dans l’Etat brésilien d’Alagoas, qui était l’état de Pernambuco, avant le démembrement, et a eu une grande influence sur les générations afro-brésilienne, avec une présence forte dans les États de Bahia, Pernambuco, Rio de Janeiro et São Paulo. Les participants forment une roda, ou un cercle, et à tour de rôle, soit en jouant des instruments de musique (tels que le berimbau), le chant, ou rituellement par paires dans le centre du cercle. Le combat est marqué par un jeu acrobatique fluide, des feintes, des takedowns, et avec une large utilisation de balayages, coups de pied etc. Moins fréquemment utilisé les techniques de coude, gifles, coups de poing etc.
Le mot « capoeira » a une origine probable dans un terme utilisé par dérision par les propriétaires d’esclaves se référant aux combats de poulet (le mot signifie littéralement «poulailler» en portugais). Un autre argument est que le mot « capoeira » dérive du Tupi-Guarani («feuille», «végétal») et Puera, qui signifie «autrefois une forêt. »
Certaines interprétations mettent l’accent sur la capoeira comme style de combat conçu par rébellion, mais dissimulé par la danse.
Maya Talmon-Chvaicer suggère que la capoeira peut avoir été influencée par un rituel lutte-danse appelée N’golo (la danse zèbre) du sud de l’Angola, qui est réalisé au cours de la « Efundula, un rite de puberté pour les femmes de la Mucope, Muxilenge et Muhumbe tribus du sud de l’Angola.  » Depuis les années 1960, la théorie N’golo est devenue populaire parmi certains pratiquants de la capoeira, mais elle n’est pas universellement acceptée.
A une époque, la capoeira était interdite au Brésil. Des 288 esclaves qui sont rentrés dans la prison Calabouço au cours de l’année 1857-1858, 80 (31 pour cent) ont été arrêtés à cause de la capoeira, et seulement 28 (10,7 pour cent) pour s’enfuir.
En dépit de l’interdiction, Manuel dos Reis Machado (Mestre Bimba) pionnier de la capoeira, a finalement réussi à convaincre les autorités de la valeur culturelle de la capoeira, mettant ainsi fin à l’interdiction officielle dans les années 1930. Machado a fondé une école de capoeira en 1932, l’Academia-Escola de Capoeira Regional à Salvador de Bahia. Il était alors considéré comme «le père de la capoeira moderne». En 1937, il a obtenu du Conseil d’Etat un diplôme d’enseignement.
Après avoir sauvé la capoeira de l’illégalité, Mestre Bimba a commencé à être contesté par d’autres maîtres de capoeira qui possédaient leurs propres styles de capoeira, telles que la capoeira angola.
Artur Emídio a été probablement le premier capoeiriste à se produire à l’étranger à la fin des années 1950 et au début des années 1960 il se rendit en Argentine, au Mexique, aux Etats-Unis et en Europe. Des groupes tels que le Brésil tropical, dirigé par Domingos Campos et M. Camisa Roxa, ont fait des tournées en Europe dans les années 1970.
Dans le milieu des années 1970 des maîtres ont commencé à émigrer et à enseigner la capoeira aux États-Unis et dans d’autres pays. À ce moment la capoeira au Brésil était encore principalement pratiquée parmi les plus pauvres et les plus noires des Brésiliens. Avec son immigration aux États-Unis, cependant, une grande partie de la stigmatisation avec laquelle elle a été historiquement associée au Brésil a cessé.
Aujourd’hui, il existe des écoles de capoeira un peu partout dans le monde, attirant un large panel social et culturel.

Partagez!
    You can leave a response, or trackback from your own site.

    2 Responses to “La Capoeira, danse et art martial du Brésil”

    1. Laure Bardon dit :

      Merci pour cet article intéressant! Est-ce qu’il y a des instruments de musique qui sont spécifiques à cette forme de danse? Je pense que j’ai vu des personnes qui font « La capoeira » quand j’ai visité Paris.

    2. admin dit :

      Oui, bien sûr, il y a le berimbau par exemple et bien d’autres.

    Leave a Reply

    *